Contraception naturelle et sans hormones : je teste la Symptothermie

Il y a quelques semaines, je vous racontais mon histoire avec la pilule, et pourquoi j'ai décidé de l'arrêter après plus de 10 ans de prise régulière. J'ai choisi de ne plus avoir de contraception hormonale, mais de m'orienter vers une alternative plus naturelle : la symptothermie.

Comme c'est un sujet assez spécifique, je tiens à vous rappeler que je suis pas spécialiste et que je vous partage mes connaissances via de nombreuses recherches et discussions avec des sages-femmes ou conseillères en symptothermie. Toutefois, l'erreur est humaine donc n'hésitez pas à compléter vos recherches ou à en parler avec une conseillère si vous avez des doutes ou des questions.

La Symptothermie pour enfin comprendre son cycle

Tout d'abord, il faut savoir que la symptothermie n'est pas un moyen de contraception à proprement parlé, mais un outil pour mieux comprendre son cycle, et en particulier estimer la période de fertilité de la femme. Il y a le mythe du cycle de 28 jours, avec une ovulation au 14ème jour, mais dans la réalité, c'est rarement le cas. Chaque femme est différente, avec des cycles plus ou moins long.

La méthode symptothermique peut être utilisée pour 3 objectifs : comprendre son cycle et anticiper l'arrivée des règles, éviter une grossesse, ou aider à concevoir un bébé.

Le terme "symptothermie" combine les mots "symptôme" et "thermique" puisque l'idée est d'observer différentes symptômes du corps (comme la glaire cervicale ou la position du col de l'utérus) et la température basale du corps afin de déterminer le moment de l'ovulation.

Le concept est simple : une femme n'est réellement fertile que 5 à 7 jours dans le mois et l'idée est d'identifier avec le plus de certitudes possibles cette période afin de soit se protéger pour éviter une grossesse, soit d'essayer de concevoir un bébé.

Pourquoi 5 à 7 jours seulement ? L'ovule n'est fécondable que pendant 12 à 18h après l'ovulation (parfois jusqu'à 24h). Les spermatozoïdes en revanche, ont une durée de vie pouvant aller jusqu'à 5 jours (dans des conditions optimales). Vous êtes donc techniquement fertiles des 5 jours qui précèdent l'ovulation, jusqu'aux 24h qui la suivent.

Toutefois, dans le cadre de la symptothermie, nous avons toujours une fenêtre de fertilité plus large, pour plus de sécurité. Comme nous ne savons pas à l’avance quand nous allons ovuler, nous nous considérons comme fertile peu de temps après la fin des règles, jusqu’à l’ovulation validée. Pour ma part, en moyenne, ma période fertile estimée représente près de la moitié de mon cycle.

Avant de rentrer dans les détails de la méthode, faisons un petit rappel de comment fonctionne le corps d'une femme !

Mieux comprendre le cycle féminin

Le cycle féminin
Schéma du cycle féminin

Le cycle féminin est composé de 4 phases : les règles (qui marquent le début d'un nouveau cycle), la phase folliculaire, l'ovulation, et la phase lutéale.

Je pense que vous voyez tous à quoi correspondent les règles et l'ovulation, mais les phases folliculaires et lutéales sont un peu moins connues...

La phase folliculaire

Le corps d'une femme contient plein de "petits oeufs", des follicules. Les femmes naissent avec environ 1 million de follicules. À la puberté, ce nombre est réduit à 300-400 000, et à la ménopause, il ne reste plus de follicules dans l'ovaire.

Chaque cycle, le corps commence par produire des œstrogènes et l'ovaire développe une petite centaine de follicules. Au moment de l'ovulation, le follicule le plus développé va expulser l’ovule et sera expulsé de l'ovaire pour tenter d'être fécondé. En parallèle, le corps se prépare à accueillir un potentiel embryon et commence à préparer une muqueuse dans l'utérus (l’endomètre).

Pendant ce temps-là, la température basale est basse, et la glaire cervicale devient de plus en plus fertile quand on se rapproche de la date d'ovulation.

La phase lutéale

Une fois l'ovulation passée, le corps produit plus de progestérone pour se préparer à accueillir et développer un futur embryon. Si l'ovule n'a pas été fécondé, la muqueuse qui tapisse l'utérus fini par se détacher et on a ses règles.

L'ovulation n'est pas toujours au 14ème jour, en revanche, la science nous dit que la phase lutéale dure entre 10 et 18 jours. Au delà de 18 jours, c'est qu'il y a généralement une grossesse.

La Symptothermie : une contraception sans hormone

Lorsque l'on applique la méthode symptothermique en mode contraception, on utilise une méthode barrière pendant la période fertile, afin d'empêcher les spermatozoïdes de rentrer en contact avec l'ovule. Cela peut par exemple être un préservatif ou un diaphragme, ou alors on évite toute pénétration. On peut bien sûr aussi choisir de ne pas avoir de rapport à ce moment-là.

Selon l'OMS (Organisation Mondial de la Santé), la symptothermie est fiable à 98%, sous condition d'être pratiquée dans les bonnes conditions en étant bien formée. On obtient alors les mêmes chiffres que pour la pilule en utilisation optimale.

La symptothermie est différente des méthodes de "contraception naturelles" de l'époque, ou des méthodes du calendrier. Il y avait notamment la méthode Ogino, uniquement basée sur le calendrier, la méthode Billing, basée uniquement sur la texture de la glaire cervicale, et la méthode Düring basée sur les températures. La symptothermie est également appelée “méthodes des indices combinées” et doit son efficacité à sa combinaison entre les différentes méthodes.

La méthode symptothermique est apparue en Europe dans les années 50 avec une certaine influence de la religion catholique (le Clerc a initié les bases de la symptothermie), mais aujourd'hui, les méthodes sont plus modernes et on se base sur des informations scientifiques du corps et du cycle féminin, pour un maximum de fiabilité.

Il y a plusieurs écoles de symptothermie en Europe, principalement d'origine Allemandes, Belges, et Suisses. En France, les 2 plus épandues sont Sensiplan et Symptotherm. J'ai personnellement lu leurs 2 manuels et ai une petite préférence pour Sensiplan (certains passages du guide de Symptotherm étaient un peu trop à connotation catholique). Toutefois, Symptotherm a sorti un nouveau guide plus récemment, qui est 100% laïque. Les 2 écoles ont des méthodes très similaires.

L'avantage de la symptothermie, par rapport à d'anciennes méthode est qu'elle offre un double contrôle (température + glaire cervicale), ce qui permet de recroiser les données et d'avoir plus de certitudes.

Toutefois, cette méthode ne permet pas d'estimer à l'avance la date d'ovulation, car on ne peut jamais la prédire (chaque cycle est différent). Mais cela permet de comprendre son cycle au jour le jour, et de savoir quand l'ovulation est passée et donc que nous ne sommes plus fertile.

Futurs parents tenant des chaussures de bébé
Photo de Drew Hays sur Unsplash

Comment fonctionne la symptothermie ?

La température corporelle basale correspond à la température du corps au repos, "de base". Cette température évolue tout au long du cycle d'une femme, mais elle est en général plus basse avant l'ovulation, et plus élevée après l'ovulation. C'est le premier facteur à étudier pour identifier sa période d'ovulation, mais pas le seul !

La température est un bon indicateur, mais n'est pas assez fiable pour être utilisée seule. C'est pourquoi on regarde d'autres "symptômes" du corps :

  • Le principal "symptôme" que l'on observe pour la symptothermie est la glaire cervicale. Il s'agit de la glaire qui est produite par le col de l'uterus et qui est le "liquide de fertilité" qui permet aux spermatozoïdes de survivre dans le vagin pour arriver jusqu'à l'ovule.
  • Vous ne l'avez peut-être jamais remarqué, mais cette glaire change de texture tout au long du cycle, et l'observer permet d'identifier plus précisément la phase fertile. En effet, la glaire cervicale sera plus épaisse et collante, voire parfois inexistante quand vous n'êtes pas fertile (car elle bloque l'entrée du col de l'utérus aux spermatozoïdes) et à l'inverse, elle sera très liquide, élastique voire aqueuse et transparente quand vous serez fertile, pour mieux accueillir les spermatozoïdes. L'observer chaque jour, en complément de la prise de température, permet donc d'identifier la phase fertile avec beaucoup de précision.
  • En complément, il est possible d'observer un autre symptôme, qui cette fois-ci est facultatif : il s'agit d'observer son col de l'utérus. En période non fertile, celui-ci est positionné assez bas et est dur et fermé, alors qu'en période fertile, il remonte, se ramolli et s'ouvre, pour laisser passer les spermatozoïdes. C'est un élément qu'il n'est pas toujours facile d'observer, et les débutantes commencent en général sans cela.

À partir de ces observations, on va remplir un graphique qui est souvent appelé “cyclogramme”, et qui va permettre de mieux lire et comprendre son cycle. Cela va permettre d'identifier la période d'ovulation et donc de déterminer les périodes fertiles et infertiles. En fonction de son objectif, on utilisera une méthode barrière ou l'abstinence en période fertile pour une contraception, ou alors on privilégiera les rapports pour favoriser une conception.

Exemple de cyclogramme
Exemple de cyclogramme

Voilà dans les grandes lignes ce qu'est la symptothermie et comment elle fonctionne. Ce n'est pas quelque chose de "compliqué" à mettre en place, mais il faut apprendre quelques règles pour bien interpréter son cycle. Comme je vous le disais, il est important de bien se former et des conseillères en symptothermie pourront vous orienter, vous guider et vous former à la méthode si c'est quelque chose qui vous intéresse, mais également répondre à toutes vos questions.

Je souhaite également vous prévenir que tous les gynécologues et sage-femmes ne connaissent pas la méthode symptothermique, et sont parfois peu au courant de ce dont il s'agit réellement. Beaucoup pensent encore qu'il s'agit de la méthode des années 50, qui n'était pas aussi fiable et n'en connaissent pas les détails. Plusieurs sage-femmes m'ont dit que pendant leurs 5 années de formations, le temps passé sur la contraception naturelle et sur le cycle féminin était très limité et que certaines informations sont parfois incomplètes ou même erronées. N'hésitez donc pas à en parler à plusieurs spécialistes pour recouper les informations !

De mon côté, je suis ravie d'avoir découvert cette méthode et je comprends enfin mon corps ! Je suis même surprise que ce ne soit pas un concept qui soit enseigné à l'école, car il s'agit tout simplement de comprendre son corps ! Si vous souhaitez en savoir plus sur comment fonctionne la méthode au quotidien, n'hésitez pas à consulter mon article sur le sujet !

Mes produits favoris 2018
Qu’est-ce qu’une éponge Konjac et comment l’utiliser ?