Symptothermie, comment ça marche ? (contraception sans hormones)

Je vous ai parlé de la symptothermie en méthode de contraception naturelle récemment sur mon blog, et aujourd'hui, je vous explique plus en détail comment ça fonctionne au quotidien !

Si vous ne connaissez pas la méthode symptothermique, mais que vous êtes intéressée par une contraception sans hormones, je vous invite à lire mon précédent article d'abord.

Étape 1 : on observe les symptômes de son corps

Le concept de la symptothermie est simple : récolter chaque jour les indices que notre corps nous envoie et les analyser grâce à un cyclogramme.

Le cyclogramme est tout simplement un document qui centralise ces observations, et qui aide à déterminer la période d'ovulation. Ce document est traditionnellement une feuille papier avec une certaine charte, mais aujourd'hui, il y a aussi des applications mobiles très bien faites qui peuvent vous aider à centraliser et analyser vos observations.

Du coup, comment ça marche ?

  • Tous les matins, au réveil et juste avant de sortir du lit, il faut prendre sa température avec un thermomètre basale. C'est un thermomètre qui a 2 chiffres après la virgule, pour plus de précision. Une fois la température relevée, on la note dans son cyclogramme (ou son application) afin de constituer sa courbe de températures.
  • En parallèle, on observe également tous les jours sa glaire cervicale. Cela ne prends pas de temps supplémentaire puisque quand on va aux toilettes, on regarde simplement s'il y en a au fond de la culotte, et on peut aussi s'essuyer avec du papier toilette pour observer la texture de sa glaire. Et pareil, en fin de journée, on note dans son cyclogramme la texture observée du jour (toujours noter la texture la plus fertile observée, donc la plus élastique). Pour qualifier les différentes textures, on utilise souvent les mêmes termes. En voici quelques exemples, du moins fertile au plus fertile : collante, crémeuse, élastique/blanc d'oeuf, aqueuse.
  • On observe également le "ressenti" au niveau de la vulve, si on a l'impression d'être mouillée ou lubrifiée, ou à l'inverse si on a une sensation de sécheresse.
  • Enfin, on peut également faire une palpation du col de l'utérus pour observer sa position (haut ou bas), sa dureté et son ouverture. Là encore, cela demande un petit peu d'entraînement et d'expérience pour apprendre à reconnaître les différents états.

Au départ, on vous conseille d'observer la température et la glaire tous les jours, mais avec l'expérience, vous pourrez faire ces observations uniquement en période fertile. Personnellement, je préfère continuer les observations tout le temps car cela me permet d'avoir un rythme et de ne pas oublier, et cela m'aide aussi à identifier assez facilement quand mes règles vont arriver (car il y a une chute de la température).

Thermomètre numérique
Photo de Dony Wardhana sur Unsplash

Étape 2 : on analyse les informations récoltées

Exemple de Cyclogramme
Exemple de Cyclogramme

Au fur et à mesure que vous remplissez le cyclogramme, vous allez pouvoir identifier si vous êtes en période fertile ou non, et si votre ovulation a eu lieu ou pas encore. Pour cela il y a différentes règles.

Comme je vous le disais, la température est plutôt basse avant l'ovulation, et plutôt haute après. Pour identifier le moment où la température change réellement, on observe les 6 dernières températures basses et on trace un trait sur la plus haute de ces températures. Il faut ensuite avoir 3 températures minimum au dessus de cette ligne pour identifier le premier indice de l'ovulation.

En ce qui concerne la glaire, on parle du "pic de glaire" qui est le moment où elle est la plus fertile, donc la plus liquide et élastique. Dès que la qualité de la glaire redescend vers une texture plus épaisse, on considère que le pic est passé et il faut compter 4 jours de glaire non fertile pour considérer l'ovulation comme passée.

Une fois que les 3 températures hautes ont été relevées, et la pic de glaire est passé depuis au moins 4 jours, alors nous sommes considérées comme infertiles !

Étape 3 : on agit en conséquence

Une fois que vous avez identifié votre fenêtre de fertilité, vous pouvez choisir de privilégier les rapports à cette période pour maximiser vos chances d'avoir un bébé ou vous optez pour une méthode barrière comme le préservatif ou la non-pénétration pour éviter tout risque de tomber enceinte.

C'est une méthode qui se fait à 2 dans le couple, et où la communication est super importante. Votre partenaire doit savoir où vous en êtes dans le cycle, et comprendre les différentes phases.

Jambes qui dépassent de la couette
Photo de Womanizer WOW Tech sur Unsplash

Bien se renseigner, se former et se faire accompagner !

Comme vous avez pu le voir, même si sur le papier la méthode est assez simple, il y a quand même plusieurs règles à bien connaître pour utiliser la symptothermie correctement, surtout si vous l'utiliser dans un objectif de contraception.

Je vous ai ici partagé les grandes lignes, et je suis restée plutôt généraliste sans rentrer dans les détails et les différentes règles et exceptions, mais si c'est une méthode qui peut vous intéresser, n'hésitez pas à lire et regarder d'autres contenus, vous former, lire les guides des différentes écoles comme Sensiplan ou Symptotherm, rejoindre les groupes Facebook dédiés ou prendre contact avec une conseillère en symptothermie qui pourra vous former et vous accompagner tout au long de votre apprentissage !

Comme je vous l'ai dit, vous pouvez utiliser un cyclogramme papier pour tracker votre température et vos symptômes, ou vous pouvez utiliser une application mobile. Personnellement, je préfère nettement l'application mobile, plus facile à intégrer à mon quotidien (et plus lisible). J'ai testé une dizaine d'applications, pour les comparer et me faire mon propre avis, donc je pourrais vous faire un article dédié sur le sujet si ça vous intéresse.

Comment utiliser les couleurs pour se sentir mieux ?
Comment bien choisir son déodorant ?