Comment tomber enceinte rapidement ? Découvrez mes astuces fertilité pour augmenter ses chances d’avoir un bébé

Lorsque l’on souhaite avoir un bébé, et que ça ne fonctionne pas tout de suite, on peut vite s’inquiéter, se poser des questions, et se demander si on a un problème… Pourtant, il faut savoir qu’en moyenne, les couples mettent 7 mois à concevoir un enfant, et qu’au delà de 30 ans, puis de 35 ans, cela peut prendre encore plus de temps.

Toutefois, même si la nature est bien faite et a son rythme, rien de nous empêche de lui donner un petit coup de pouce, en mettant en place divers astuces pour augmenter ses chances d’avoir un bébé. Je vous partage donc aujourd’hui quelques astuces fertilité pour savoir comment tomber enceinte rapidement (dans la mesure du possible) !

Astuce fertilité : bien comprendre son cycle et connaître sa période d’ovulation

Comme je vous en avais déjà parlé dans un précédent article, depuis 3 ans, je pratique la symptothermie. La symptothermie, c’est tout simplement le fait de suivre les signes de son corps pour comprendre son cycle menstruel. Cela permet d’identifier notamment ses phases fertiles et non fertiles, et donc sa période d’ovulation. Au départ, j’ai utilisé cette méthode en contraception suite à l’arrêt de la pilule, mais depuis quelques mois, je l’utilise pour favoriser la conception.

La méthode est très simple : elle combine 2 grandes techniques, le relevé des symptômes du corps et la température corporelle basale. Concrètement, on observe chaque jour la texture de la glaire cervicale, aussi communément appelée les “pertes blanches”, et en fonction de la texture, cela nous permet de savoir si on est en phase fertile ou non. Il est possible de compléter cette observation avec la palpation du col de l’utérus.

À côté de ça, on prend sa température corporelle basale tous les jours, c’est-à-dire la température du corps au repos, avant même de se lever, et cela nous permet de créer une courbe de température. Il faut savoir qu’avant l’ovulation, la courbe est plutôt basse, et qu’une fois l’ovulation passée, les températures sont plus hautes. Pour cela, on utilise un thermomètre basale, qui est dédié à ce type d’observations puisque c’est un thermomètre qui est plus précis et qui a notamment 2 chiffres après la virgule.

On va noter ces relevés soit sur un cyclogramme papier, soit sur une application dédiée, ce que je préfère, et la combinaison de ces observations permet d’évaluer avec une grande certitude la période d’ovulation. Personnellement, j’utilise l’application Kindara que je trouve top et très bien faite, malheureusement, elle n’est plus mise à jour et elle va surement disparaitre dans les prochains mois, du coup, je suis en train de transitionner sur une autre appli qui a l’air tout aussi bien et qui s’appelle Read Your Body (application disponible en Français).

Après quelques cycles d’observation, cela permet d’estimer une date d’ovulation moyenne. Toutefois, il faut bien garder en tête que chaque cycle est différent et que certains peuvent être beaucoup plus courts que d’autres, notamment en fonction des évènements extérieurs, mais cela permet d’estimer une fenêtre de fertilité. Il ne faut pas oublier qu’avec la symptothermie, c’est une observation au jour le jour, mais lors d’un essai bébé, c’est toujours bien de savoir comment fonctionne son corps et quels symptômes correspondent à quelle phase.

Avoir des rapports sexuels au bon moment

Cela peut paraître évident, mais une fois que l’on connait sa période de fertilité : il faut viser juste !

Un spermatozoïde peut survivre jusqu’à 5 jours dans la glaire cervicale et un ovule peut être fécondé dans les 24h qui suivent l’ovulation, parfois dans les 36h. Donc si on fait le calcul, il faut avoir des rapports non protégés dans les 5 à 7 jours qui précèdent la date estimée de l’ovulation, jusqu’au lendemain de celle-ci. La symptothermie nous confirmera ensuite la date d’ovulation une fois la hausse de la température basale et les symptômes de changement observés.

Représentation des spermatozoïdes vers l'ovule avec des fruits

Favoriser la survie des spermatozoïdes

Bien que la glaire cervicale soit un super environnement pour les spermatozoïdes lorsqu’elle est fertile, il faut leur permettre d’arriver jusqu’au col de l’utérus dans les meilleurs conditions possible.

Un point très important et qui n’est pas très connu, c’est de bien choisir son lubrifiant. En effet, j’ai découvert que les lubrifiants traditionnels pouvaient être toxiques pour les spermatozoïdes, en leur laissant un faible taux de survie (souvent autour de 20%). Et c’est encore plus vrai pour les lubrifiants qui ne sont pas bio, car ils contiennent plein de produits chimiques naturellement mauvais pour le corps. Mais même dans les lubrifiants bio ou bien composés, ils sont souvent un pH non adapté à la survie des spermatozoïdes.

Du coup, on a 3 options :

  • soit on n’utilise pas de lubrifiant
  • soit on utilise de l’huile végétale bio première pression à froid, quelque chose de très naturel
  • soit on utilise un lubrifiant dédié pour la fertilité, avec une compositions et un pH adapté afin d’aider les spermatozoïdes dans leur mission.

J’ai eu l’occasion de tester celui de la marque Ferti-Lily. C’est un lubrifiant qui ressemble beaucoup à ses concurrents plus classiques, mais il contient des ingrédients pour favoriser la survie des spermatozoïdes, comme notamment du fructose et a un pH adapté également. C’est un petit détail mais quand on sait que les lubrifiants classiques peuvent tuer jusqu’à 80% des spermatozoïdes, autant faire attention aux produits que l’on utilise et choisir quelque chose d’adapté à la conception !

Enfin, un dernier conseil pour maximiser les chances que les spermatozoïdes arrivent jusqu’au col de l’utérus, c’est de garder le sperme en soit quelques minutes, voire même de relever le bassin pour que la gravité fasse son action. J’ai d’ailleurs découvert qu’il existait des coupes de fertilité qui se placent un peu comme les coupes menstruelles, et qui permettent en fait au spermatozoïdes de rester à l’intérieur un peu plus longtemps. Je ne sais pas si ça change vraiment quelque chose, mais ce qui est sûr, c’est que ça ne peut pas faire de mal d’essayer !

Avoir une bonne hygiène de vie

Que ce soit pour la future maman ou le futur papa, être en bonne santé et avoir une bonne hygiène de vie est primordial pour favoriser la conception d’un bébé. Cela passe par des gestes et des habitudes simples, mais qu’il ne faut pas négliger. Rien de très nouveau, mais ça ne fait jamais de mal de rappeler quelques petits conseils de base :

  • avoir une alimentation équilibrée
  • bien dormir
  • éviter la cigarette et réduire l’alcool pour ceux qui en consomme
  • réduire le café, car il nuit à la fertilité en augmentant notamment la production d’oestrogènes chez certaines femmes
  • pratiquer une activité physique régulière
  • éviter les produits chimiques, notamment les cosmétiques conventionnels avec des ingrédients toxiques. Et je dirais aussi d’éviter les cosmétiques qui sont déconseillés aux femmes enceintes. Car en fait, même si vous n’êtes pas encore enceinte, vous pourriez déjà l’être sans le savoir alors autant mettre toutes les chances de son côté !
  • limiter les sources de stress, même si je reconnais que c’est bien plus facile à dire qu’à faire…
  • essayer de se mettre au yoga ou faire quelques étirements réguliers. Le yoga est une excellente activité qui allie détente et activité physique : car en plus de réduire le stress, elle permet d’améliorer son système immunitaire et sa circulation sanguine. Certaines postures de yoga favorisent d’ailleurs l’afflux sanguin vers les ovaires et leur offrent plus d’oxygène et de nutriments essentiels, donc si vous ne savez pas trop quelles positions faire, voici une petite liste des postures à privilégier car elles étirent le bas du ventre et stimulent la circulation sanguine :
La posture du chat : MARJARIASANA
La posture du pont : SETU BANDHA SARVANGASANA
La posture de l’angle ouvert : UPAVISTHA KONASANA
La posture des jambes au mur : VICARIAT KARANI
La posture du cobra : BHUJANGASANA
La posture du papillon : SUPTA BADDHA KONASANA
La posture de la pince debout : UTTANASANA
La posture de la déesse inclinée : SUPTA BADDHA KONASANA

Et enfin, dernier petit conseil pour les messieurs : éviter de mettre vos parties intimes trop au chaud. En effet, la température des testicules est inférieure de 2° par rapport au reste du corps, et s’ils sont trop au chaud, ils ne produisent plus de spermatozoïdes. Il existe d’ailleurs des slips chauffants en tant que contraception naturelle pour les hommes. Du coup, il faut donc éviter d’être trop serré la journée, dans des pantalons moulants par exemple, et éviter de dormir en caleçon. Une autre option est de tester le bain dérivatif, c’est à dire de mettre une poche de froid au niveau de l’entre-jambe quelques heures par jour, cela peut aussi grandement aider à la production de spermatozoïdes !

Derniers petits coups de pouce

Enfin, je termine cet article avec 2/3 petits conseils qui peuvent donner un coup de pousse à votre fertilité.

Tout d’abord, n’hésitez pas à prendre de l’acide folique avant de commencer à concevoir. L’acide folique, qui est aussi de la vitamine B9, aide en fait le corps à avoir une phase lutéale un peu plus longue et à faire en sorte que si l’ovule est fécondé, il s’accroche un peu mieux. Et ensuite, une fois qu’on est enceinte, il faut continuer à en prendre pendant plusieurs mois pour que la grossesse se passe bien car cela vient soutenir le corps, aider au développement du foetus et éviter les malformations. Même si la vitamine B9 est présente dans plusieurs aliments, on n’en consomme généralement pas assez pour que cela ait un véritable effet, c’est pourquoi on la prend souvent en complément alimentaire !

Ensuite, il faut essayer de favoriser les aliments riches en anti-oxydants qui semblent booster la fertilité, comme le thé vert ou les fruits rouges par exemple.

Et enfin, mon dernier conseil, c’est d’être patient et indulgent envers soi-même. Certaines personnes tombent enceinte dès le premier mois, pour d’autre il leur faut plus de 2 ans… chacun à son rythme et même si ça prend du temps, ça ne veut pas forcément dire qu’il y a un problème.

Il faut essayer de relativiser et de profiter de la vie quoiqu’il arrive, de profiter des instants qu’on a encore juste avec son chéri. Il y a une expression américaine que j’aime beaucoup et qui m’accompagne vraiment au quotidien, c’est “Everything happens for a reason”, ce qui veut dire littéralement, “tout arrive pour une raison”. Alors ça peut paraître un peu bateau dit comme ça, mais je me dit que si ça prend plus de temps, c’est que ce n’est pas encore le bon moment, et que ça arrivera quand ça doit arriver.

Beaucoup de témoignages de femmes disent que c’est au moment où elles ont lâché prise et qu’elle on arrêté d’essayer ou d’y penser qu’elles sont tombées enceintes. Donc il faut essayer de ne pas trop se mettre la pression et de découvrir au fil des jours et des mois ce que la vie nous réserve !

Femme enceinte qui tient son ventre

Une-mail qui vient d'être envoyé !
Validez votre inscription en cliquant sur le lien qu'il contient.
Une erreur est survenue. Merci de réessayer.
Marques de pharmacie, pouvons-nous avoir confiance ?
Alternatives au plastique, 15 idées évidentes