Vêtements écologiques et éthiques : à quels labels peut-on se fier ?

Vous en avez sûrement déjà entendu parlé, mais l’industrie de la mode fait parti des plus grosses sources de pollution au monde. Entre les émissions de carbone liées à la fabrication et aux transport des marchandise, le rejet de milliers de litres de produits chimiques dans la nature, ou encore la surproduction et le gaspillage, le marché des vêtements n’est pas très beau à voir.

Et pourtant, parmi toutes ces mauvaises pratiques et cette course au profit, quelques entreprises se démarquent en essayant de proposer des vêtements écologiques, pour une mode plus éthique et plus responsable.

Vêtements écologiques oui, mais pas que ! Fiez-vous aux labels…

La mode éthique n’est pas que synonyme de vêtements écologiques, elle prend aussi en compte les conditions de travail des employés, et la mentalité de la marque et ses engagements.

Comme pour le secteur de la cosmétique bio, le marché de la mode a son lot de labels et de certifications, pour garantir l’origine, l’éthique et la qualité de ses produits.

Il est important de connaître ces labels et certifications pour plusieurs raisons :

  1. Afin de s'assurer que les produits que l'on achète sont réellement éthiques (et ne pas juste se fier au déclaratif de la marque) : ces labels garantissent que les marques respectent des normes strictes en matière de droits des travailleurs, de bien-être animal, d'impact environnemental et de transparence. En choisissant des marques labellisées, vous pouvez être sûr que les produits (ou au moins les matières premières) que vous achetez ont été contrôlés.
  2. Pour soutenir des marques responsables : ces certifications sont décernées à des marques qui font attention à leur impact sur la planète, aux animaux et à leurs travailleurs. En choisissant des produits labellisés, vous soutenez des marques qui ont une approche responsable et durable de la mode.
  3. Pour aider à mieux comprendre les étiquettes des vêtements : les labels et certifications sont une garantie de transparence et d'information pour le consommateur. Ils permettent de mieux comprendre les pratiques de production des marques et de faire des choix plus éclairés en matière d'éthique et de durabilité.

Maintenant que je vous ai dit tout ça, apprenons à reconnaitre ces labels, et à quoi ils correspondent !

Les labels des vêtements écologiques et éthiques

Même s’il existe une multitude de certifications dans l’industrie de la mode, toutes ne se valent pas et certaines sont privées, notamment issues de certains lobbying. Je vous ai listé ci-dessous les labels de vêtements éthiques les plus répandues, classés selon moi par ordre de popularité.

GOTS

Logo du label GOTS

Probablement l’un des labels les plus connus, GOTS (Global Organic Textile Standards) est un label international créé en 2006 pour harmoniser les standards internationaux des textiles biologiques : coton, laine, soie et chanvre. Il garantit que les tissus et vêtements respectent l’environnement, la santé, et le travailleur, tout au long de leur cycle de fabrication.

Le label GOTS garantit le caractère biologique du textile depuis la récolte des matières premières et leur transformation responsable sur le plan environnemental et social jusqu'à leur étiquetage. Le cahier des charges définit les conditions de production d’un tissu bio :

  • une culture sans pesticides ni insecticides, avec un arrosage raisonné (les OGM sont également interdits)
  • un tissage ou tricotage sans adjonction de produits chimiques toxiques pour l’environnement et polluants (comme les métaux lourds toxiques, le formaldéhyde, les phtalates ou encore le PVC)
  • la minimisation des déchets et des rejets que l'usine produit, mais également le traitement des eaux usées
  • le respect de conditions de travail conformes aux recommandations de l’OIT (Organisation Internationale du Travail), ce qui fait qu’une certification GOTS va souvent de pair avec un label équitable. En particulier, les procédés de production utilisés doivent être socialement responsables et respectueux de l’environnement.

Ainsi, pour qu’un tissu soit bio, il faut que le fil soit certifié bio et la production (tissage/tricotage) soit également certifiée bio.

Oeko-Tex

Logo du label OekoTex

Le label Oeko-Tex a été fondé en 1992 pour garantir des tissus sans substances nocives pour l'environnement ou pour la santé.

Ce label assure une non toxicité des textiles et des colorants et garantit l’absence de métaux lourds dans les traitements du tissu mais il ne garantit pas que la fibre utilisée est biologique (contrairement au label GOTS). Le label prend également en compte des critères sociaux qui garantissent le respect des conditions de vie des travailleurs.

La certification Oeko-Tex standard 100 plus, impose de respecter également des critères environnementaux de fabrication, sans produits toxiques, ainsi que des processus d’économie de l’énergie.

Notons toutefois que le label Oeko-Tex certifie également des matières synthétiques (donc polluantes en amont). Pour remédier à ce problème, l'organisation a développé un nouveau label en 2015 :  le Label Made in Green qui assure que les textiles sont produits de manière durable et socialement responsable.

Fair Wear Foundation

Logo de la Fair Wear Foundation

La Fair Wear Foundation est une organisation muti-partite qui travaille pour contrôler et améliorer les conditions de travail dans l’industrie textile. Cette fondation indépendante travaille en collaboration avec les entreprises adhérentes pour améliorer et assurer des conditions de travail décentes.

Cette collaboration est matérialisée par le Code du Travail de la Fair Wear Foundation, basée sur 8 pratiques standards appuyées et inspirées par les conventions de l’OIT (Organisation International du Travail) et de la Déclaration internationale des droits de l’Homme. Il est important de noter, cependant, qu'aucune de ces pratiques n'est obligatoire pour revendiquer une association avec le Fair Wear.

Les huit normes de travail de Fair Wear sont :

  • Un travail est choisi et exercé librement : pas de travail contraint ou forcé
  • Interdiction de la discrimination au travail : aucune distinction de race, de couleur, de sexe, de nationalité, d’origine sociale, de handicap...
  • Interdiction du travail des enfants de moins de 15 ans
  • Liberté d'association et droit de négociation collective : chaque travailleur a le droit de constituer et d'adhérer à un syndicat, ainsi que de négocier collectivement.
  • Obligation de payer un salaire décent : les salaires et les avantages sociaux doivent être conformes au moins aux normes minimales légales ou sectorielles, et doivent être suffisants pour répondre aux besoins fondamentaux des travailleurs et de leurs familles.
  • Horaires de travail contrôlés et raisonnés : les heures de travail doivent être conformes aux lois applicables et aux normes de l’industrie.
  • Conditions de travail sûres et saines : un environnement de travail sûr et hygiénique doit être assuré, et les meilleures pratiques en matière de santé et de sécurité au travail doivent être encouragées, en tenant compte des connaissances actuelles de l'industrie et des risques spécifiques.
  • Relation de travail juridiquement déclarée

Les normes de ce label n'étant pas contrôlées, la mention "Fair Wear Foundation" a donc peu de valeur et de garanties. Il proscrit toutefois l’utilisation d’OGM mais pas celle des pesticides...

Global Recycled Standard

Logo du label Global Recycled Standard

Le label Global Recycled Standard (GRS), certifie non seulement le contenu recyclé d’un produit mais vérifie aussi le respect de critères environnementaux et sociaux. Ce label a été créé par l'organisation Textile Exchange et d'un groupe de parties prenantes issu d'organisations industrielles, de membres de la chaîne d'approvisionnement, d'experts et de marques.

La présence du label GRS garantit un minimum de 50% de fibres recyclées dans un produit, mais assure également une traçabilité et un contrôle sur différents aspects écologiques et sociaux :

  • L’entreprise certifiée doit respecter les exigences légales en matière de consommation d’eau, d’énergie et de production de gaz à effet de serre.
  • Elle doit aussi respecter les exigences légales relatives aux eaux usées. Un système doit être mis en place pour traiter les eaux usées et les boues avant de rejoindre les cours d’eau. Ce système de traitement doit satisfaire les exigences minimales, nationales ou locales les plus strictes, avec également une mise en place d'un système de gestion des produits chimiques.
  • Les installations de gestion des déchets doivent satisfaire toutes les exigences légales relatives à cette problématique. Les déchets dangereux et non dangereux doivent être séparés, et il est interdit de brûler des déchets sur place ou d’enfouir des déchets sans autorisation.
  • Chaque entreprise certifiée doit définir des éléments permettant d’atteindre les exigences de minima sociaux définies par GRS, et les appliquer à travers un ensemble de politiques claires. Cela inclut une interdiction du travail forcé et une Interdiction du travail des enfants.
  • Les salaires et les avantages sociaux doivent être conformes aux normes minimales légales ou sectorielles, doivent être suffisants pour répondre aux besoins fondamentaux des travailleurs et de leurs familles et les heures de travail doivent être conformes aux lois applicables et aux normes de l’industrie.
  • Enfin, la santé et sécurité des travailleurs doit être assurée : les entreprises certifiées doivent assurer un environnement de travail sûr et hygiénique, encourager des meilleures pratiques en matière de santé et de sécurité au travail, en tenant compte des connaissances actuelles de l'industrie et des risques spécifiques.

Responsible Wool Standard

Logo du label Responsible Wool Standard

Responsible Wool Standard (RWS) est une norme qui traite du bien-être des moutons. Elle garantit également le bon traitement de la laine en tant que fibre. Le RWS est une norme indépendante et est géré par Textile Exchange, une organisation mondiale à but non lucratif.

Pour avoir la norme Responsible Wool Standard, un produit doit :

  • contenir au moins 5% de laine, calculée en pourcentage des matériaux du produit fini
  • utiliser uniquement de la laine certifiée RWS
  • ne pas contenir de laine vierge non certifiée (la laine recyclée n'est pas éligible à la certification)

Au niveau de la production, la norme permet de s’assurer que la laine issue de ces fermes soit clairement identifiée et tracée de manière transparente. Le RWS exige que tous les sites soient certifiés, en commençant par les producteurs de laine et en passant par le vendeur dans la transaction finale d'entreprise à entreprise.

L'éleveur doit se conformer à toute la législation applicable en matière de bien-être animal et doit respecter les 5 libertés animales :

  • Un accès à de l'eau fraîche et à de la nourriture pour maintenir la santé et la vigueur de l’animal
  • Un environnement approprié et confortable comprenant un abri et une aire de repos
  • Une absence de douleur, de blessure ou de maladie grâce à la prévention ou au diagnostic et au traitement rapide
  • Un espace naturel suffisant, avec des installations appropriées et une compagnie animale adaptée
  • Un traitement qui évitent la souffrance mentale de l'animal, en étant à l'abri de la peur et de la détresse

Les fermes certifiées ne peuvent pas comporter à la fois des moutons certifiés et non certifiés, et le mulesing est bien sûr interdit.

Les conditions de travails des humains sont aussi à prendre en compte, avec des politiques et des codes de conduite pour garantir un recrutement équitable. Le travail forcé est interdit, et la ferme ne doit pas employer de travailleurs de moins de 15 ans ou du minimum légal. En plus du bien-être animal et des conditions sociales, des exigences environnementales doivent être respectées. Les activités de production ne doivent pas avoir d'impact négatif sur la nature et son écosystème, et la déforestation ou la conversion des écosystèmes naturels en terres agricoles sont interdites.

Responsible Down Standard

Logo du label Responsible Down Standard

La norme RDS (Responsible Down Standard) permet de garantir le bien-être animal dans la filière cuir et duvet, notamment pour les produits "rembourrés" tels que les doudounes ou encore les oreillers.

Cette norme a été développée par Control Union, la marque The North Face et Textile Exchange. La portée de la norme RDS comprend l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement du duvet, depuis les fermes et les établissements d'abattage (bien-être animal) jusqu'aux transformateurs du duvet et aux usines de confection (traçabilité).

Ce label garantit donc que :

  • Le duvet et les plumes ne proviennent pas d’animaux vivants
  • Les animaux n'ont pas été gavés
  • Le bien-être animal des oiseaux, de l'éclosion à l'abattage, a bien été respecté.

Ecocert Textile

Logo du label Ecocert Textile

Le label Écocert Textile assure que les vêtements et tissus certifiés respectent l’environnement dans la globalité de leur cycle de vie, des matières premières à leur fabrication en passant par leur transport. Il s’applique aussi bien aux fibres naturelles qu’aux fibres synthétiques en contrôlant la fabrication du produit (pas d’OGM, bois certifié pour les fibres artificielles, teintures sans danger…).

Ce label garantit au minimum 70 % de fibres naturelles ou issues de matériaux renouvelables ou recyclés ainsi que la réduction des consommations en eau et en énergie. Il interdit l’emploi de substances dangereuses et niveau social, le label s’assure que les travailleurs ont des conditions de travail décentes, un salaire minimum et interdit le travail des enfants.

Le label Écocert Textile liste notamment les exigences suivantes :

  • une production des fibres naturelles soucieuse de la biodiversité
  • des fibres artificielles 100 % issues des forêts durables PEFC ou FSC
  • une réduction de la facture énergétique dans les entreprises
  • une limitation drastique des substances toxiques dans la confection des habits (pré-traitement, teinture, impression…) et dans le produit fini
  • des garanties éthiques et sociales pour protéger les travailleurs (salaire décent, interdiction de travail forcé ou d’exploitation des enfants de moins de 15 ans…)

Sloweare

Logo du label Sloweare

SLOWEARE est un label privé qui permet au consommateur d’identifier facilement les marques de mode engagées dans une démarche éco-responsable. Pour intégrer ce label, les marques de mode doivent répondre à différents pré-requis :

  • des conditions de travail respectueuses de l’humain et de l’environnement
  • la sauvegarde et la création d’emplois durables
  • des collections majoritairement produites avec des matières éco‑responsables et de manière éco‑responsable
  • une production raisonnée
  • la sauvegarde et la transmission des savoir‑faire matériels et immatériels
  • la non‑appropriation culturelle
  • l'inclusion sociale

Les marques labellisées doivent avoir une démarche équilibrée du point de vue des 3 piliers du développement durable, avec une production raisonnée (afin d'éviter la surproduction et les nouvelles collections mensuelles) et ne pas faire d'actions apparentées à du greenwashing ou socialwashing.

BioRe

Logo du label bioRe

Le label BioRe concerne les textiles biologiques et issus du commerce équitable et garantit des cultures de coton respectueuses de l’environnement, ainsi qu’un mode de fabrication des vêtements limitant les impacts écologiques. Des critères sociaux sont également pris en compte pour assurer un tissu écologique digne de ce nom.

Ce label a été créé en 1996 par Remei AG, une entreprise basée en Suisse, et commercialisant des fils et des vêtements en coton biologique. Le cahier des charges de BioRé garantit :

  • Un coton biologique et équitable
  • Une transformation industrielle respectueuse de l’environnement
  • L’interdiction de produits chimiques pour la teinture comme le chlore ou le formaldéhyde (le blanchiment se fait à l’oxygène)
  • La traçabilité totale de la matière tout au long de sa chaîne de production
  • Des conditions de travail dignes, avec le respect de la norme SA 8000 qui comprend l’interdiction du travail des enfants, la fixation de minima sociaux et l’encadrement des horaires de travail
  • L’achat au cultivateur de sa récolte à un prix garantit supérieur de 20% à celui du marché pendant 5 ans.

France Terre Textile

Logo du label France Terre Textile

France Terre Textile est un label garantissant que + des 3/4 des opérations de production (de la fabrication du tissu à la confection) de l’article labellisé sont réalisées en France selon des critères de fabrication en circuit court, de qualité et RSE.

Présent dans 5 des 7 territoires de tradition textile français que sont : les Vosges, l'Alsace, le Nord, l'Auvergne Rhône-Alpes et la Champagne Ardenne, ce label s’appuie sur des organismes indépendants et spécialisés dans le textile pour effectuer ses contrôles annuels.

Afin de pouvoir bénéficier du label, la marque doit démontrer qu'elle est une entreprise responsable à travers 5 éléments :

  • Une production locale afin de préserver les emplois locaux et les savoir-faires
  • Des partenaires locaux pour la production et la sous-traitance
  • Une transparence et une traçabilité claire sur toute la chaîne de fabrication
  • De la qualité à tous les stades de production
  • Une notion environnementale avec un contrôle de la pollution, du recyclage, de la consommation d'énergie ou encore la limitation de substances chimiques.

Organic Content Standard

Logo du label Organic Content Standard

Le label Organic Content Standard (OCS) est un label international pour produits non alimentaires géré par Textile Exchange et contrôlé par des organismes de contrôle indépendants accrédités. Il vérifie la présence et le pourcentage de matières biologiques dans le produit final et suit le flux de matières premières, de l'origine au produit fini.

Organic Content Standard a été initialement développé pour attester du caractère biologique d’une culture de coton. Il a secondairement été étendu à d’autres textiles. Ce label atteste qu'entre 5% et 100% d'un produit est composé de matières biologiques.

Il existe 3 types de labels OCS, en fonction du pourcentage de matières biologiques réellement présentes dans le produit fini :

  • "Fait avec/contient 100% de matières biologiques" contient 100% de matières bio.
  • "Fait avec/contient des matières biologiques" contient au moins 95% de matières bio
  • "Fait avec/contient X% de matières biologiques" : le produit contient entre 5% et 95% de matières biologiques, il n'y a pas de restriction concernant le pourcentage restant.

Le logo OCS100 est apposé pour tout produit contenant entre 95% et 100% de matières biologiques, alors que pour un produit contenant moins de 95% de matière bio, il sera estampillé du logo OCS Blended.

Fairmined

Logo du label Fairmined

Dans une catégorie un peu différente, le label Fairmined ne concerne pas les vêtements écologiques mais l’or et les bijoux. C’est un label attestant de la provenance d’or produit par des mines artisanales et à petite échelle, répondant aux standards mondiaux pour des pratiques responsables.

Grâce au standard Fairmined, toute personne qui achète de l’or et des métaux précieux peut soutenir des processus de mines gérées de façon responsable. Ce label propose de l’or répondant à des exigences strictes en matière de traçabilité et comprend un modèle d’indicateurs de développement durable.

Fairmined est soutenu par un système de certification tierce et un système d’audit précis assurant que les communautés minières artisanales répondent aux principales normes mondiales en matière de pratiques responsables, notamment liées au développement social et à la protection environnementale.

Une-mail qui vient d'être envoyé !
Validez votre inscription en cliquant sur le lien qu'il contient.
Une erreur est survenue. Merci de réessayer.
Les pires exemples de greenwashing et comment les reconnaître
Comparatif Lessives écologiques : j’ai trouvé la plus efficace !