Labels bio pour les cosmétiques : comment s’y retrouver ?

Dans l’industrie de la cosmétique, on voit fleurir chaque mois de nouvelles marques, toutes plus “naturelles” les unes que les autres. Avec des compositions qui se revendiquent sans dangers pour la santé et pour la planète, on peut parfois avoir des doutes quand à la véracité et ces propos et à l’éthique de ces entreprises.

Bien que l’idéal serait de savoir lire les compositions INCI des produits cosmétiques (oui vous savez, la liste des ingrédients en latin), cette compétence n’est pas forcément à la portée de tout le monde. Avec des termes parfois imprononçables et de nouveaux ingrédients proposés par les laboratoires chaque année, il n’est pas toujours simple de s’y retrouver.

Donc si vous ne voulez pas vous prendre la tête, mais quand même faire attention aux produits que vous choisissez, une seule solution : connaître et apprendre à reconnaitre les labels bio des cosmétiques.

Pourquoi est-ce important de connaître ces labels bio ?

Pour savoir ce que vous achetez : les labels de cosmétiques bio vous donnent une idée claire de ce que contient le produit. Ils vous indiquent si les ingrédients utilisés dans les produits sont naturels, biologiques, synthétiques ou toxiques. Cela vous permet de faire des choix plus éclairés et de choisir des produits qui correspondent à vos valeurs.

Pour votre santé et celle de la planète : les cosmétiques conventionnels contiennent souvent des ingrédients synthétiques qui peuvent être dangereux pour votre santé à long terme, mais aussi pour la planète, notamment via la pollution de l’eau. Les cosmétiques bio quant à eux, sont fabriqués à partir d'ingrédients naturels et biologiques, et ne présentent pas de risques pour votre santé et sont plus respectueux de la planète.

Pour ne pas vous faire avoir par le greenwashing et par les faux labels que certaines entreprises n’ont aucun scrupules à inventer et à apposer sur leurs produits, apprenez à reconnaître les vraies certifications !

Les labels bio cosmétiques

Il est important de connaître et de reconnaitre chacun des labels présentés ci-dessous, mais afin de vous partager mon ordre de priorité et d’importance, j’ai commencé avec les labels les plus strictes en termes de qualité, jusqu’aux labels un peu plus laxistes mais garantissant toujours des produits sains pour l’homme et pour la planète.

Slow Cosmétique

Logo de l'association Slow Cosmétique

Créée en 2013, la mention Slow Cosmétique possède un système de contrôle différent des labels de cosmétiques bio. L’attribution de la Mention, qui n’est pas un label à proprement parlé, permet d'identifier les marques faisant l’effort de proposer des produits ou services cosmétiques intelligents, raisonnables, écologiques et éthiques.

L'association Slow Cosmétique possède 4 grandes valeurs :

  • Une cosmétique intelligente : la cosmétique doit répondre aux vrais besoins de la peau tels que le nettoyage, ou l’hydratation (qui relèvent des besoins fondamentaux). Les produits doivent utiliser des ingrédients naturellement actifs et bénéfiques pour la peau. Les ingrédients inertes, inactifs ou inutilement transformés doivent être évités.
  • Une cosmétique raisonnable : la cosmétique ne doit pas créer de nouveaux besoins pour la peau ou nous inciter à consommer toujours plus de produits. D'après le discours de la Slow Cosmétique, les marques ne doivent pas formuler de promesses impossibles à tenir au regard de la nature du produit ou du geste cosmétique.
  • Une cosmétique écologique : la cosmétique doit être formulée en respectant l’environnement. Les ingrédients naturels et biologiques les moins transformés doivent être privilégiés, excluant tout ingrédient issu de la chimie de synthèse, de la pétrochimie, de l’exploitation animale provoquant la mort, ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant pour l’environnement.
  • Une cosmétique humaine : la cosmétique doit mettre l’accent sur les bénéfices qu’apportent les végétaux, les animaux et les minéraux au corps autant qu’à l’esprit. Tout ingrédient ou toute technique potentiellement toxique pour l’être humain doit être évité. La cosmétique doit se vendre et s’acheter à un prix équitable et raisonnable, reflétant la qualité réelle de sa formulation ou de son service.

La mention Slow Cosmétique est donc un réel gage de confiance pour identifier les vraies marques éthiques et responsables.

Nature & Progrès

Logo du label Nature & Progrès

Créé en 1964, le label Nature et Progrès est une vraie référence en termes de cosmétique biologique mais également une référence pour l’agriculture biologique. Ce label fait parti des labels les plus stricts et des plus intransigeants, garantissant des produits bien composés, sains pour l’homme et non nocifs pour l’environnement. Son cahier des charges, exigeant et restrictif, ne cesse d’évoluer pour mieux se concentrer sur les enjeux écologiques actuels.

Les cultures ne doivent par exemple pas agresser ni les plantes ni les animaux. L’huile de palme est par exemple interdite dans les produits labellisés Nature & Progrès puisque même bio, sa production ne respecte ni l’homme, ni l'environnement.

La charte de Nature & Progrès rappelle d'ailleurs très bien ces valeurs et ces principes de base. On peut notamment y retrouver :

  • Le respect des équilibres des écosystèmes vivants (sol, végétaux et animaux)
  • La santé des hommes et de la Terre
  • Une agriculture paysanne, à taille humaine, privilégiant le local et les circuits de proximité
  • Des échanges équitables au nord comme au sud
  • Le partage des savoirs et des savoirs –faire, l’échange, le lien social.

Ce label est bien plus exigeant que la majorité des labels européen sur de nombreux points. Parmi les nombreuses obligations de la charte, nous retrouvons entre autres :

  • 100% des composants doivent être bio
  • les substances chimiques de synthèse sont interdites
  • les OGM sont totalement interdits, tout comme l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides de synthèse
  • seuls les conservateurs non toxiques d’origine naturelle sont autorisés
  • au minimum 70% des produits de la marque doivent être labellisés Nature & Progrès

C'est donc un label garantissant des produits de grande qualité, respectant la planète en tous points.

Natrue

Logo du label Natrue

Le label Natrue a été créé en 2007 par les pionniers de la cosmétique naturelle en Europe, principalement des entreprises allemandes et suisses telles que Weleda, Lavera, Dr. Hauschka ou encore Logona, qui n’étaient pas satisfait des labellisations existantes en Europe.

Cet écolabel repose sur une charte très exigeante avec des attentes en termes de qualité des ingrédients et du produit fini très élevées. Cette association se concentre sur la composition des produits par la vérification tous les ingrédients ainsi que l’ensemble des moyens de fabrication. Toute substance artificielle est bannie des produits certifiés.

Parmi les engagements et garanties de Natrue, nous retrouvons :

  • Des ingrédients naturels et biologiques
  • Des pratiques respectueuses de l’environnement
  • Pas de parfums, ni colorants synthétiques
  • Pas de produits pétrochimiques
  • Pas d’huiles de silicone, ni dérivés siliconés
  • Pas d'OGM
  • Pas d’irradiation du produit fini, ni de ses ingrédients végétaux
  • Produits non testés sur animaux
  • Les dilutions ne sont pas autorisées

BDIH

Logo du label BDIH

BDIH est un label allemand créé en 2001 et garantissant la prise en compte de critères de santé et de bien-être (humain et animal), ainsi qu'environnementaux, pour des produits cosmétiques. L’objectif est de préserver les ressources naturelles en utilisant des procédés de fabrication écologiques, des matières premières et produits finis biodégradables ainsi qu’un minimum d’emballage.

Pour garantir la qualité des produits certifiés, le cahier des charges de BDIH est particulièrement précis : les matières premières doivent être d’origine végétale et provenir de l’agriculture biologique. De plus, les produits et matières premières ne doivent pas être testés sur les animaux.

Ce cahier des charges « cosmétiques naturels contrôlés » comprend de nombreux critères :

  • Les matières premières végétales doivent être issues de cultures ou de cueillettes sauvages certifiées AB (Agriculture Biologique). Et en ce qui concerne les huiles, au moins 50% d'entre elles doivent être totalement naturelles dans la composition du produit, afin d'éviter au maximum les huiles chimiquement transformées (comme les huiles estérifiées ou hydrogénées). Cela garantie des actifs naturels plus efficaces.
  • Les matières premières animales ne sont pas autorisées si elles proviennent de vertébrés morts (blanc de baleine, huiles animales, collagène animal...). En revanche, il est possible d'utiliser des matières issues des animaux et insectes vivants comme le lait, la cire d'abeille, ou le miel.
  • Les matières premières minérales sont interdites (paraffine, huiles et cires minérales), tout comme les colorants et parfums de synthèse, ainsi que les matières premières éthoxylées et les silicones.
  • Les tests sur les animaux sont interdits, que ce soit lors de la conception, de la fabrication ou du contrôle. Cela signifie que les produits sont testés sur des humains volontaires.
  • Seuls les conservateurs naturels sont autorisés, ainsi que certains conservateurs prouvés inoffensifs et non polluants.
  • Le respect de l'environnement est aussi pris en compte, que ce soit au niveau de l'exploitation des resources ou des procédés de fabrication, avec une gestion écologique des déchets. Les emballages doivent être recyclables et les OGM sont interdits dans la composition des produits.

Le contrôle du respect du cahier des charges est assuré par des organismes indépendants de manière régulière, pour garantir aux consommateur la qualité des produits.

À noter que le certificat BDIH est délivré à un produit non à une marque. Cependant pour utiliser le logo, une marque doit avoir au moins 60% de ses produits reconnus conformes au label.

EcoGarantie

Logo du label Ecogarantie

Ecogarantie est un label Belge créé en 2005 par une association à but non lucratif afin de garantir des produits écologiques et sains, dans les domaines de la cosmétique, de l'entretien mais aussi des soins pour animaux.

Les produits labellisés Ecogarantie sont soumis à des exigences écologiques strictes, et 100% des ingrédients d’origine naturelle doivent être issus de l’agriculture biologique et sans OGM. Les colorants, parabènes et autres produits issus du pétrole sont bien entendu bannis.

Ecogarantie vise une harmonisation des règles au niveau international, et a défini ses normes en fonction de divers labels européens existants comme Ecocert, Cosmebio, BDIH, Soil Association, ou encore Bureau Veritas Greenlife. De plus, afin de proposer une certification complètement neutre, les audits sont effectués par 3 organismes de contrôle indépendants.

Au-delà du produit, le label a une vision de société durable : utilisation raisonnée des ressources naturelles, procédés de fabrication et de transformation respectueux de la nature, tests sur les animaux bannis, emballages recyclables, utilisation d’une énergie verte et éthique au travail.

Toutes les marques labellisées Ecogarantie possèdent une politique de responsabilité sociale et environnementale qui prouve leur engagement. De plus, les membres se plient à une politique de prix qui rémunère fournisseurs et transformateurs de façon équitable.

Cosmebio

Logo du label Cosmebio

Cosmébio est un label dédié aux cosmétiques bio créé en 2002 par une association française de professionnels de la cosmétique naturelle et écologique. Ce label est contrôlé par l’organisme Ecocert, et a de nombreux point en commun avec ce dernier.

Aujourd'hui, Cosmebio regroupe près de 750 entreprises et proposent près de 10 000 produits labellisés.

Le cahier des charges de Cosmébio est moins stricte que ses homologues allemands, mais impose quand même quelques pré-requis :

  • 95 % minimum d’ingrédients naturels sur le total du produit
  • 95% minimum d'ingrédients bio sur l'ensemble des matières premières végétales
  • 10% minimum d'ingrédients bio sur la totalité de la composition du produit

Cosmébio interdit également tout ingrédient controversé comme les silicones, les PEG ou PPG, les tensioactifs irritants, les sulfates, les OGM ou encore les conservateurs dangereux ou les perturbateurs endocriniens comme le phénoxyéthanol et les parabens.

Cosmos Organic

Logo du label Cosmos Organic

Le label COSMOS a été créé en 2002 et signifie en anglais "COSMetic Organic and natural Standard". Il sert de point de repère pour les certifications européennes de cosmétiques naturels et bio et est aujourd’hui reconnu comme un véritable standard dans l’industrie cosmétique biologique.

L’histoire de la création de Cosmos est assez intéressante puisque tout à commencé, lorsque cinq associations européennes de cosmétique bio (BDIH en Allemagne, Cosmebio et Ecocert en France, ICEA en Italie, et Soil Association en Grande Bretagne) se rencontrent et échangent autour de leurs cahiers des charges et des valeurs qu’ils défendent. Le courant passe très bien et ils entrevoient un vrai potentiel pour la création d’un standard européen de cosmétiques bio. Leurs objectifs : définir des exigences minimales communes, harmoniser les règles de certification des cosmétiques bios naturels, faire du lobbying auprès des institutions et défendre la filière bio et slow cosmétique.

La certification COSMOS reprend les principales valeurs d’Ecocert : promouvoir l’utilisation d’ingrédients issus de l’agriculture biologique, utiliser des processus de production et de transformation respectueux de l’environnement et de la santé humaine, et intégrer et développer le concept de « chimie verte ».

Une formulation cosmétique COSMOS Organic doit impérativement contenir :

  • minimum 95% d’ingrédients naturels
  • minimum 95% d’ingrédients bio sur les ingrédients végétaux
  • minimum 20% d’ingrédients bio sur la totalité du produit (en incluant l’eau)
  • maximum 5 % d’ingrédients approuvés dans une liste restrictive
  • De plus, seuls les ingrédients biodégradables sont autorisés.

La création de COSMOS est une très bonne initiative puisque cela permet d’avoir aujourd'hui une référence européenne qui commence à harmoniser le marché de la cosmétique bio. Il est important de noter que les pré-requis pour avoir la certification sont un peu plus souples que certains labels français ou allemands, mais cela garantit déjà une très bonne composition des produits, et des cosmétiques non nocifs pour notre santé !

Cosmos Natural

Logo du label Cosmos Natural

Le label COSMOS Natural est un sous-label de COSMOS, avec un cahier des charges beaucoup plus souple que COSMOS Organic ou Cosmebio.

Le label COSMOS Natural n’impose qu’un minimum de 95 % d’ingrédients naturels alors que les deux autres se montrent un peu plus exigeants avec une obligation de 95 % d’ingrédients bio sur la totalité des ingrédients végétaux, à laquelle s’ajoute un minimum de 10 % d’ingrédients bio pour le label Cosmébio, et 20 % pour Cosmos Organic sur le produit total.

Toutefois peu importe le sous-label, COSMOS interdit tout ingrédient controversé comme les silicones, les PEG ou PPG, les tensioactifs irritants, les sulfates, ou encore les conservateurs dangereux ou les perturbateurs endocriniens comme le phénoxyéthanol et les parabens.

Pour moi, ce label fait office de minimum acceptable. Il reste un gage de confiance sur l’absence d’ingrédients extrêmement nocifs pour la santé, ou polluant, mais la qualité du produit ou de ses propriétés n’est pas assurée.

Ecocert

Logo du label Ecocert

Ecocert est un organisme de certification français fondé en 1991 qui a créé son label éponyme. Il fait aujourd’hui parti des labels les plus répandu dans la cosmétique bio française (mais aussi dans les produits d'entretien ou même le textile). Ce label repose sur le référentiel international COSMOS et sur le référentiel privé Écocert, à savoir :

  • 95% minimum d’ingrédients naturels ou d’origine naturelle sur le total des ingrédients (y compris l’eau)
  • 95% minimum d’ingrédients certifiés bio sur le total des ingrédients végétaux
  • 10% minimum d’ingrédients certifiés bio sur le total des ingrédients

Ce label bio cosmétique vérifie :

  • L’absence d’OGM, parabens, phénoxyéthanol, nanoparticules, silicone, PEG, parfums et colorants de synthèse
  • Le caractère biodégradable ou recyclable des emballages
  • Un seuil minimum d’ingrédients naturels et issus de l’agriculture biologique à atteindre pour obtenir la certification : dans tous les cas, 95% minimum du total des ingrédients doivent être naturels ou d’origine naturelle
  • Les produits finis ne doivent pas être testés sur les animaux ou contenir de matières premières animales (sauf produits naturellement par eux : lait, miel...).
  • Un maximum de 5% des ingrédients peuvent être issus de la synthèse pure (ou chimie pure), souvent des conservateurs, et même parfois des ingrédients issues de la pétrochimie qui ont été transformés (mais rassurez vous, il y en a très peu).

Toutefois, ce label ne garantit pas la qualité des produits. Selon l’éthique du fabricant, il est tout autant possible de tomber sur des produits contenant des ingrédients de qualité, comme des produits ayant le minimum requis pour la certification et donc une qualité minimum.

Soil Association

Logo du label Soil Association

Soil Association est une association anglaise créée en 1946, et regroupant des agriculteurs, des scientifiques, des fabricants et des consommateurs souhaitant s’engager pour la promotion des produits biologiques. Le label fait partie du groupe Cosmos, label européen rassemblant notamment Cosmébio, BDIH ou Ecocert. C’est une association indépendante dotée de son propre organisme de certification avec deux niveaux de certification :

  • “Produit bio” : un produit qui contient minimum 95% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique
  • “Produit fait à partir de x% d’ingrédients bio” : un produit qui contient au minimum 70% d’ingrédients issus de l’agriculture biologique (ou plus).

Le cahier des charges de Soil Association interdit :

  • les ingrédients issus de cultures OGM ou nano-encapsulés
  • les ingrédients et procédés toxiques (pour la santé ou pour l’environnement)
  • les ingrédients d’origine pétrochimique
  • les ingrédients issus de la cueillette sauvage d’espèce en voie d’extinction
  • les tests sur les animaux

Sur autorisation spéciale, le phénoxyéthanol peut être utilisé. Et, tout comme Ecocert, certains ingrédients contenant une partie de pétrochimie peuvent être autorisés (comme le tensioactif Cocamidopropyl Betaine).

Une-mail qui vient d'être envoyé !
Validez votre inscription en cliquant sur le lien qu'il contient.
Une erreur est survenue. Merci de réessayer.
Quelle protection hygiénique choisir pendant ses règles ?
Éthique : définition et consommation raisonnable