La voiture électrique est-elle vraiment écologique ?

Aujourd’hui, je vais vous parler de voiture électrique !

C’est un article que je veux vous faire depuis presque 6 mois, mais j’avoue que j’ai hésité car c’est un sujet un peu polémique et on entend vraiment de tout (du vrai comme du faux). En même temps, c’est un vrai sujet d’actualité avec un réel enjeu écologique, donc j’ai décidé de vous faire un article le plus simple et le plus clair possible, afin de vous aider à comprendre l’impact réel des voitures électriques, et si elles sont vraiment moins polluantes que les voitures thermiques au final.

Je ne vais pas rentrer dans la partie technique et je vais essayer de vulgariser au maximum les concepts. Dans tous les cas, je tiens à rappeler que je ne suis pas une experte voiture mais j’ai fait beaucoup de recherches sur le sujet et j’ai rassemblé pas mal d’infos.

Et puis pour tout vous dire, on a acheté une voiture électrique en fin d’année dernière, donc j’ai aussi assez de recul maintenant pour vous partager mon avis, avec les avantages et les inconvénients de la voiture électrique par rapport à la voiture thermique !

Où en est la voiture électrique en France ?

Courbe des ventes du marché des voitures électriques

Si on fait un petit état des lieux du marché automobile en France, les voitures électriques sont de plus en plus plébiscitées.

En 2022, les voitures électriques ont représenté 13% des ventes de nouvelles voitures. C’est une proportion qui est en hausse chaque année, surtout depuis 2019. Et vous l’avez sûrement entendu dans les médias, mais à partir de 2035, les ventes de voitures thermiques seront terminées dans toute l’union Européenne. Donc cette tendance ne va faire que prendre de l’ampleur !

À fin 2022, les voitures électriques ne représentaient que 1,5% du parc automobile français, donc ce n’est pas beaucoup mais ce chiffre ne va faire qu’augmenter dans les futures années…

Alors du coup, est-ce réellement une bonne chose d’avoir plus de voitures électriques ? Sont-elles vraiment meilleures d’un point de vue environnemental que les voitures thermiques ?

Voiture électrique garée devant une concession

Idée reçue : avec leurs batteries, les voitures électriques sont aussi polluantes que les voitures thermiques

Le marché automobile étant assez complexe et technique, il y a énormément d’idées reçues liées aux voitures électriques, mais aussi énormément de désinformation de la part des médias. J’ai d’ailleurs découvert que même certains médias très reconnus comme Le Monde ou L’Obs, mais aussi des médias écologiques, faisaient des erreurs en parlant de ce sujet et se contredisaient.

Du coup, pas surprenant que ce soit un sujet aussi "touchy" et polémique… et surtout, pas facile de s’y retrouver et de savoir qui croire !

Donc au final, la question que tout le monde se pose c’est : est-ce la voiture électrique est réellement plus écologique que la voiture thermique ?

Afin de bien comparer ces deux types de véhicules, il faut prendre en compte 3 paramètres : l’impact de la construction du véhicule, l’impact de la consommation du véhicule (et de la production de son énergie/carburant) et l’impact de sa fin de vie.

L’impact de la construction du véhicule

En ce qui concerne l’impact de la production du véhicule, la voiture électrique est en effet plus émettrice de gaz à effet de serre que la voiture thermique. C’est une donnée qui est assez facile à trouver et les gens sont finalement assez d’accord sur le sujet.

Selon les études, la fabrication d’une voiture électrique émet entre 20% et plus de 50 % d’émissions en plus par rapport aux voitures thermiques, et cela est essentiellement dû à la fabrication de la batterie. Ces batteries contiennent pas mal de ressources comme le cobalt, le lithium et d’autres minerais qui peuvent être polluants à extraire, mais la bonne nouvelle, c’est que de nouveaux types de batteries sont en train d’être développés, et que celles-ci ne nécessitent qu’un seul type de minerai. L’impact de la production des batteries est donc amené à baisser un peu dans les prochaines années.

Pour ce qui est du reste de la fabrication de la voiture, il n’y a pas énormément de différence car que ce soit une voiture thermique ou électrique, on retrouvera toujours une carrosserie, des pneus, des sièges ou encore des airbags. Toutefois, les voitures thermiques ont quelques éléments en plus au niveau du moteur, mais nous y reviendrons quand nous parlerons de la fin de vie des véhicules.

Construction d'une voiture

L’impact de l’usage des voitures électriques et thermiques

Si l’on se concentre uniquement sur la partie consommation du véhicule, nous avons d’un côté la voiture électrique qui ne rejette aucune émissions de CO2, et de l’autre, la voiture thermique qui pollue beaucoup avec son pot d’échappement d’où s’échappent de nombreux gaz polluants, toxiques, mais aussi des particules fines.

Il faut savoir qu’en France en 2022, la voiture représentait 20% des émissions totales de CO2 d’une personne. C’est énorme ! Notamment parce qu’elle est au coeur de nos quotidiens pour la plupart des gens.

Maintenant que l’on a parlé des émissions du véhicule lui-même, parlons de la production de son carburant, car ça aussi, ça joue pas mal dans l’équation.

En ce qui concerne les voiture thermiques, le procédé est plutôt connu : de grosses multinationales creusent des puits de forages un peu partout sur la planète pour récupérer le pétrole qui est ensuite raffiné. Un process loin d’être écologique.

Mais en ce qui concerne les voitures électriques, c’est un petit plus subtile que ça. En effet, utiliser de l’électricité pour sa voiture c’est bien, mais il faut faire attention à comment est produite cette électricité, car cela aura un impact au final sur son impact environnemental. Si l’électricité est produite à partir du charbon ou du gaz, alors elle sera bien plus polluante que si elle vient d’énergies renouvelables comme le solaire ou l’éolien. C’est donc toute l’importance du mix électrique !

Le mix électrique dans le monde

En France, la grande majorité de l’électricité produite rejette peu de CO2, mais ce n’est pas le cas de tous les pays. J’ai cherché quelques chiffres sur le sujet et même si certains datent de 2015, cela vous donne un ordre d’idée : comme vous pouvez le voir, l’électricité produite en France est relativement propre (je ne vais pas rentrer dans le débat du nucléaire car c’est un tout autre sujet). Du côté de l’Europe, c’est plutôt correct, même si le charbon et le gaz représentent 1/3 de la production électrique. Mais dans le monde, on peut voir qu’on a une réelle marge de progression puisque plus de la moitié de l’électricité produite utilise des ressources fossiles. La bonne nouvelle, c’est que les évolutions se font partout dans le monde, et les sources d’électricité vont évoluer dans les prochaines années.

Eoliennes pour une énergie plus verte

En tous cas, nous pouvons nous considérer chanceux car nous sommes dans un pays où notre électricité est clairement plus propre que dans beaucoup de pays du monde ! Et si on a la chance d’avoir une maison, ou un appartement avec parking privé, les voitures électriques se rechargent principalement chez soi, ou au travail, donc dans des endroits où on peut maitriser un peu plus la source d’énergie : soit en choisissant un fournisseur d’électricité plus vert, soit en produisant soi-même son électricité. Par exemple dans notre cas, comme nous avons des panneaux solaires, une bonne partie de l’électricité que nous produisons ne génère pas de carbone. Du coup, on recharge la voiture soit quand il y a du soleil, soit la nuit pendant les heures creuses !

Il faut savoir qu’en France, les émissions à l’usage de la voiture électrique sont facilement 15 fois plus faibles que pour les voitures thermiques. D’abord parce que la consommation d’énergie est environ 3 fois plus faibles pour l’électrique, notamment grâce à un moteur plus efficace, mais aussi parce que l’électricité en France émet environ 5 à 6 fois moins de CO2 par unité d’énergie que de produire et brûler du carburant issue du pétrole.

Après, il ne faut pas oublier que la voiture a de toute façon des impacts sur son environnement, notamment pour la circulation et les bouchons, et ça ne change rien que la voiture soit électrique ou non.

L’impact de la fin de vie des véhicules

Après avoir parlé de la construction du véhicule, puis de son impact à l’usage, parlons un peu de sa fin de vie. Car oui, la fin de vie est également à prendre en compte dans l’impact environnemental d’une voiture.

Que la voiture soit thermique ou électrique, quand on parle de différence de recyclage, c’est vraiment au niveau de son moteur et de sa batterie que ça va se jouer, car le reste de la carrosserie et l’intérieur est sensiblement le même et se recycle de la même manière.

Sur ce sujet, il est un peu plus difficile de trouver des chiffres fiables (ou en tous cas, de pouvoir recroiser les données). J’ai lu que les moteurs de voitures thermiques étaient recyclés à 95%, mais aussi qu’une grande partie finissait à la casse. Du coup, je ne suis pas tout à fait sûre de leur définition du recyclage… Il faut également noter que recycler une voiture thermique implique aussi de recycler des éléments que l’on ne retrouve pas dans une voiture électrique, et qui sont plus ou moins polluants comme par exemple l’huile de vidange, la boite de vitesse, la courroie de distribution, le pot d’échappement ou encore le réservoir d’essence.

Voiture en fin de vie

Quand on parle de recyclage des voitures électriques, on parle surtout du recyclage de leurs batteries au final. Il faut savoir que même si ce n’est pas parfait, les batteries sont de plus en plus recyclables : la Commission Européenne vise un recyclage de 65 % du poids des batteries en 2025 et de 70 % en 2030. Donc ce n’est quand même pas si mal. Et puis les batteries évoluent régulièrement, avec des nouvelles technologies qui les rendent toujours plus efficaces, et plus facilement recyclables.

J’ai également découvert que les batteries de voitures pouvaient avoir une seconde vie. Renault par exemple recycle les batteries de ses voitures Zoé : quand elles passent sous le seuil de 75 % d'autonomie, souvent au bout d'une dizaine d'années, Renault les remplace, mais elles ont encore assez d'énergie pour d'autres usages. Du coup, elles sont revendues par exemple à Bouygues Énergies, qui s’en sert pour du stockage d'électricité dans ses immeubles, à l’entreprise Carwatt qui s'en sert pour électrifier les véhicules de chargement des bagages dans les avions, et elles servent aussi à alimenter les bornes de recharge rapide sur autoroute. Donc je trouve que c’est quand même plutôt positif !

L’impact des voitures électriques et thermiques dans la durée

En France et pour l’électrique, le gros des émissions provient donc de la production du véhicule. Et c’est là une différence majeure avec les véhicules thermiques en ce qui concerne les émissions sur leur cycle de vie.

Pour les véhicules thermiques, c’est plus des 3/4 des émissions de gaz à effet de serre qui sont liés à l’usage des voitures, c’est-à-dire à la production et la combustion des carburants. Alors que pour l’électrique, au contraire, c’est de l’ordre des 3/4 de l’impact environnemental qui se concentrent sur la production du véhicule, tandis que l’usage émet peu de CO2.

Donc finalement, plus vous garder un véhicule thermique longtemps : plus il pollue. Et plus vous gardez un véhicule électrique longtemps : plus l’impact de sa production est neutralisé.

Attention toutefois, car si vous souhaitez passer à la voiture électrique, il y a quand même un point important à prendre en compte : si vous ne roulez quasiment pas avec votre voiture thermique mais que vous souhaitez garder un véhicule pour divers besoins, alors ce n’est peut-être pas nécessaire de passer à l’électrique car l’intérêt est justement de compenser sa production par son usage… donc à vous de faire le calcul et de voir si cette nouvelle voiture serait bien rentabilisée dans le temps !

Les points positifs et négatifs de la voiture électrique

Comme je vous le disais en début d’article, nous avons fait le choix d’acheter une voiture électrique il y a bientôt 6 mois. Du coup, j’ai maintenant assez de recul pour vous partager mon avis, avec les avantages et les inconvénients que j’ai pu identifier.

Les avantages nombreux de la voiture électrique

Le premier avantage indéniable est la réduction de la pollution de l’air. Les émissions de CO2 sont réduites et nous culpabilisons beaucoup moins quand nous avons un déplacement plus ou moins long à faire.

Ensuite, c’est une voiture vraiment super agréable à conduire, surtout qu’il n’y a plus de boite de vitesse. Mais un gros élément de confort pour moi, c’est le freinage régénératif. Cela signifie que quand la voiture freine, cela régénère la batterie et la recharge un petit peu. C’est bien du point de vue de l’autonomie, mais ce qui est génial, c’est le fait de ne plus avoir besoin de freiner. En fait, quand on appuie sur la pédale d’accélération, la voiture avance, et si on lève le pied, la voiture freine. C’est un peu bizarre au début, mais je me suis très vite habituée et cela rend vraiment la conduite plus confortable car nous n’avons plus besoin de bouger son pied d’une pédale à l’autre ! Cela ne vaut bien entendu pas pour le freinage d’urgence, mais au quotidien, c’est super agréable !

Une voiture électrique agréable à conduire

Elle fait également beaucoup moins de bruit qu’une voiture thermique. Bien sûr, il y a toujours le bruit du frottement des pneus sur la route, mais quand on est dans l’habitacle, c’est beaucoup plus silencieux, et il y a aussi moins de vibrations.

Ensuite, un autre avantage que l’on apprécie beaucoup, c’est le fait de pouvoir recharger sa voiture à domicile, et de ne plus avoir besoin d’aller à la pompe à essence. C’est un vrai confort et aussi un petit gain de temps !

Rechargement des voitures électriques à domicile

Après, d’un point de vue financier, le prix au km d’une voiture électrique est 3 fois inférieur à une voiture thermique. De plus, l’entretien coûte également moins cher puisqu’il n’y a pas besoin de faire de vidange par exemple, et il y a moins d’éléments dans le moteur susceptibles de tomber en panne.

Les inconvénients de la voiture électrique

Si je passe maintenant aux points faibles de la voiture électrique, il n’y en a pas beaucoup, mais il y en a quand même !

Tout d’abord, l’autonomie d’une voiture électrique est plus faible qu’une voiture thermique. En ce qui nous concerne, notre voiture a une autonomie moyenne réelle de 400km. C’est clairement suffisant pour nous car on fait rarement plus de 100km par jour, et on recharge la nuit. Et pour les longs trajets des vacances, il y a les supers chargeurs, donc nous ne nous sentons pas bridés.

Un autre aspect qu’on pourrait considérer comme négatif est le temps de recharge qui est plus long que de faire un plein d’essence… Si on part de 0%, il faut compter à peu près une nuit de recharge avec un chargeur adapté pour atteindre les 100%, et seulement 15min avec les super chargeurs pour atteindre les 80%. Donc en soit, ce n’est pas vraiment un élément gênant pour nous, car on n’utilise pas la voiture la nuit !

Toujours sur le thème du rechargement, les infrastructures de recharge sont encore un peu limitées, même s’il y en a de plus en plus. Mais là encore, ce n’est pas trop gênant pour nous, vu que l’on recharge à la maison.

Borne de recharge des voitures électriques

Enfin, dernier inconvénient et pas des moindres… le prix de la voiture. Et oui, avoir autant d’avantages se paie et le coût des voitures électriques est en moyenne 30% plus élevé que leurs équivalents thermiques. Heureusement, le marché de l’occasion est très actif et il y a de plus en plus d’offres de voitures électrique. Nous avons acheté la notre via LeBonCoin par exemple, et la voiture était en parfait état ! Et puis si vous préférez acheter du neuf, il y a toujours la prime de l’état pour les voitures électriques.

La voiture électrique : indispensable ?

Donc pour conclure, même si la voiture électrique est loin d’être parfaite, elle est nettement meilleure d’un point de vue environnemental que la voiture thermique.

Même si dans l’idéal, il faut repenser la place de la voiture dans notre quotidien et réduire son usage quand cela est possible, en utilisant le vélo, la marche ou les transports en communs; si l’utilisation de la voiture est indispensable, alors privilégier une voiture électrique sera moins polluant.

Grâce à un système de production de l’électricité plutôt faibles en émissions, l’impact carbone de la voiture électrique en France est de 2 à 5 fois plus faibles que pour la voiture thermique, ce qui est très intéressant.

Forcément, et comme pour tout, 2 personnes ayant une voiture électrique et roulant autant de km par an n’auront pas le même impact. Cela va dépendre de la taille et du volume du véhicule, de la qualité de la batterie et de son autonomie, de la source de production de l’électricité et puis tout simplement aussi, de leur mode de conduite.

Si vous voulez en savoir plus et creuser un peu plus le sujet, je ne peux que vous recommander vivement l’article de Bon Pote. Bon Pote, c’est un média en ligne sur l’écologie que j’adore et qui vraiment est de qualité. Ils ont écrit un article qui est super complet, très bien fait, et qui vulgarise beaucoup d’éléments. Il y a plein de graphiques et ils citent vraiment toutes leurs sources, notamment une dizaine d’études officielles et les rapports utilisés.

Et si vous avez encore des doutes, l'article de Carbone 4 est également très complet et apporte beaucoup d'informations complémentaires !

Mon article a surtout pour but de synthétiser dans les grandes lignes le sujet pour éveiller les conscience et vous donner envie d’en savoir plus… mais je vous invite vivement à lire cet article si vous êtes encore hésitant au sujet des voitures électriques.

Une-mail qui vient d'être envoyé !
Validez votre inscription en cliquant sur le lien qu'il contient.
Une erreur est survenue. Merci de réessayer.
5 écogestes insoupçonnés du quotidien
Melvita : Cosmétiques bio aux compositions parfaites ?