Addiction aux écrans, ce nouveau fléau !

Si je vous dit que je passe au moins 70% de mon “temps éveillé” devant un écran, ça vous choque ? Et pourtant, c’est la triste réalité de notre génération… 

Entre travail et vie perso, entre ordinateur, téléphone et télévision, notre vie est aujourd’hui rythmée par les écrans. Et personnellement, je suis en train de faire une overdose ! Pourtant, j’ai bien du mal à m’en détacher car ma vie actuelle est étroitement liée au numérique et à l’informatique.

Aujourd’hui, je voudrais vous partager ma réflexion sur cette dépendance et cette addiction, les constats que j’ai pu faire, et mes pistes pour réduire ce temps artificiel et plus profiter de l’instant présent !

Plus de 10h par jour passées sur les écrans

Ce chiffre, il ne sort pas de nulle part : j’ai fait mes petits calculs et en moyenne je passe près de 11h par jour sur un écran - et je sais que je suis loin d’être la seule dans ce cas.

Pour plusieurs d’entre nous, nous possédons : un smartphone, un ordinateur ou une tablette (parfois les deux), une télévision, et souvent un métier qui nous oblige à passer pas mal de temps derrière un bureau (et devant un écran). Au final, lorsque l’on cumule tout ce temps passé, le chiffre fait peur... 

Addiction aux téléphones portables
Photo de ROBIN WORRALL sur Unsplash

Une vie professionnelle dématérialisée

Nous sommes devenu complètement dépendants de ces outils numériques. En ce qui me concerne, mon métier ne peut se faire sans ordinateur. Entre les emails, les présentations Powerpoint, la rédaction de contenu et gestion du marketing digital, tout est informatisé. Cela peut être vu comme un inconvénient, mais cela nous permet également d’être super-connectés. Je travaille depuis un bureau à Boston, mais je suis en contact permanent avec mes collègues à Nantes, à Londres ou à Los Angeles. On échange des messages Slack, on fait des visioconférences, ou on travaille sur des documents collaboratifs. Ces nouvelles technologies nous offrent des possibilités infinies et nous rapprochent les uns des autres, malgré les milliers de kilomètres qui nous séparent… et pourtant, je ne me suis jamais sentie aussi seule au bureau que ces 2 dernières années. 

Le contact humain au sein même de mon bureau de seulement 30 personnes est devenu quasiment inexistant. Il est aujourd’hui plus fréquent de recevoir un email pour avoir une information que de voir quelqu’un se lever et aller parler physiquement à un collègue, et ça me fait peur !

Les gens sont toujours hyper connectés, notifiés pour le moindre message, le moindre appel, que ce soit pendant les heures de travail, mais aussi après 21h ou le weekend. Il devient de plus en plus difficile de détacher le temps de travail et le temps personnel.

Mon expérience est au sein d’une start-up en pleine croissance et qui déborde de travail (qui plus est dans un bureau aux États-Unis), mais je suis sûre que je suis loin d’être la seule à vivre ce genre de choses… 

Ce genre de comportement et d’habitude est fortement lié à la culture d’entreprise, mais aussi aux limites que chacun choisit de se mettre. L’entreprise est responsable du bien-être de ses employés, mais les employés ont aussi leur part de responsabilités dans leur comportement quotidiens. Il est important de trouver un juste équilibre, pour remettre l’humain au centre des échanges et de réfléchir ensemble aux alternatives pour pouvoir réduire, ne serait-ce que de 30min, le temps passé devant un écran au bureau…

Ordinateurs au travail
Photo de Marvin Meyer sur Unsplash

Une vie personnelle rythmée par les notifications

Avez-vous remarqué que depuis une dizaine d’année, les gens se plaignent beaucoup plus qu’avant de “ne pas avoir le temps” ? C’est marrant, car les smartphones et les réseaux sociaux ont fait leur apparitions il y a un peu plus de 10 ans… Je ne dis pas que c’est l’unique cause/conséquence, mais je suis persuadée qu’il y a un minimum de rapport.

Le temps passé sur notre téléphone est énorme - on se plaint souvent de ne pas avoir assez de temps pour tout faire, mais on perd facilement 1h à 2h par jour sur les réseaux sociaux, à regarder nos notifications, ou à flâner sur son téléphone. Et encore, je ne parle pas des mini-jeux type Candy Crush, Farmville ou Flappy Bird où on peut facilement passer 1h par jour sans s’en rendre compte.

Quelque chose que j’ai remarqué ces dernières années, et que je trouve inquiétant, est le fait que dès qu’une personne a 2 minutes à tuer, elle va prendre son téléphone et machinalement naviguer dessus, souvent pour ne rien regarder vraiment…

Regardez au restaurant, quand quelqu’un part aux toilettes 5 minutes, ou à l’arrêt de bus, ou quand vous attendez que un RDV dans une salle d'attente, nous avons toutes et tous le même réflexe : prendre son téléphone. C’est un geste rassurant, on est “protégé de l’ennuie” et du regard des autres. Pourtant, à perdre ces 3 minutes à chaque fois, on peut parfois passer à côté de jolies choses : un voisin de table qui rit aux éclat, une abeille qui butine une fleur, une affiche d’un prochain film que l’on peut détailler ou tout simplement croiser le regard d’un inconnu qui nous sourit. Ce sont des petits moments qui nous apportent une mini-dose de bonheur et qui cumulés, peuvent égayer notre journée !

Ordinateur et téléphone portable
Photo de Plann sur Unsplash

Ce nouveau besoin de tout partager à sa communauté

Même si ce n’est pas le cas de tout le monde, nous sommes dans une ère où les gens ressentent le besoin de médiatiser tout ce qu’ils font, comme s’ils avaient un besoin de reconnaissance et de prouver qu’ils ont une “vie cool”.

Beaucoup de personnes veulent partager certains moments positifs de leur vie, mais au final, ces moments peuvent être gâché par le simple fait de vouloir les capturer. Les gens ne prennent plus de photos pour leurs propres souvenirs, mais ils les prennent pour les partager et pour qu’elles soient “likées”, et cela n'a pas la même saveur !

Combien de fois j’ai assisté dans la rue (ou dans des lieux publics) à des moments intimes heureux mis en pause juste pour prendre une photo qui au final peut être ratée, ou encore des minutes passées au restaurant à essayer de prendre son plat sous le meilleur angle, pour qu’au final celui-ci soit tout froid… Les gens ne prennent plus le temps d’apprécier ce qu’ils ont, ils veulent juste montrer à la Terre entière qu’il se passe des trucs cools dans leur vie, et n’en profite même plus eux-même - ce qui est extrêmement triste !

Personnellement, je ne poste pas énormément sur les réseaux sociaux, tout simplement parce que je n'y pense pas… Je vis ma vie en vrai, et même si je peux prendre des photos de souvenirs sympas, je poste rarement instantanément. Je pense qu’il est important de profiter du moment présent, et à la limite d’en faire profiter sa communauté dans un second temps. 

J’aimerais être plus active sur les réseaux sociaux, pour faire vivre mon blog et ma chaîne YouTube, mais je ne sais tout simplement pas quoi poster sur Insta, ou en story. Ma vie n’est pas une télé-réalité, je n’ai aucun intérêt à vous partager mon bol de céréales, mon smoothie du jour ou ma dernière séance de sport. Je préfère vous partager du joli contenu moins souvent, avec de vrais messages ou des informations utiles. À la limite, je comprends ces blogueuses, YouTubeuses ou Instagrameuses “lifestyle” qui partagent toute leur vie à leur communauté et pour qui c’est une vraie source de revenus. Mais soyons honnêtes, ce n’est clairement pas le cas de tout le monde…

Je parle beaucoup d’Instagram, car c’est l’un des réseaux que je connais le mieux avec Facebook, mais la réflexion est valable pour tous les réseaux. Je trouve ça génial de pouvoir partager des petits moments sympa avec sa communauté (souvent composée de la famille et des amis pour la majorité des gens) via les réseaux, mais je pense que comme pour tout, il faut savoir être raisonnable. 

Ce besoin de partager tout à n’importe qui nous a aussi rendu plus curieux de la vie des autres, mais aussi plus jaloux ou plus déprimés : “oh la chance, elle est en vacances à Bali”, “oh regarde, ce qu’elle mange a l’air trop bon, moi je n’ai que mes pâtes au beurre”, “oh son appart est trop stylé”... Vous voyez l’idée !

Smartphone prenant en photo un repas
Photo de Eaters Collective sur Unsplash

Revenir au moment présent et profiter des moments simples de la vie

Là, je vous ai présenté mon regard et mon avis sur cette situation. En aucun cas je ne souhaites juger les gens car moi-même j’en fais parti, et chacun est différent. Il s’agit plus qu’une prise de conscience que j’ai depuis plusieurs mois, d’une réalité qui me fait peur et du fait que je commence à en avoir de plus en plus marre d’être dépendante des écrans.

L’objectif de cet article est, je l’espère, de pouvoir vous montrer ce que j’ai pu remarquer, et que vous puissiez comme moi, voir ce qui vous convient, et ce que vous souhaitez améliorer. De mon côté, j’ai commencé à mettre en place différentes petites astuces pour essayer de réduire un peu mon temps sur les écrans. Je vais donc vous les partager, en espérant que cela puisse vous aider aussi !

Faire des pauses ou des “Détox Digitales”

Que ce soit quelques heures par jour, ou quelques jours par mois, j’essaye de faire des pauses. Soit en mettant mon téléphone à l’écart pendant quelques heures et en coupant les notifications, soit en faisant une "digital detox" : souvent sur le temps d’un weekend, j’essaye au maximum de ne pas utiliser mon téléphone (ou même les réseaux sociaux de manière générale, ce qui inclut l’ordinateur).

Au départ, j’avoue qu’on peut s’ennuyer un peu (internet est une source d'occupations et d'informations infinie), mais au final, on réapprend à faire certaines choses, on retrouve le plaisir de lire un livre, de faire de la peinture, de jouer à un jeu de société, etc.

L’idée est juste de s’éloigner des écrans pour reposer un peu ses yeux et son esprit !

2 amis qui se pose pour faire une pause
Photo de Janko Ferlič sur Unsplash

Le smartphone: 793 objets en un seul

Ce n’est pas une nouveauté mais notre téléphone portable ne sert plus juste à téléphoner : il est devenu notre boîte aux lettres, notre réveil, notre source de musique, notre agenda, notre station météo, notre horloge, notre bloc-notes ou même notre console de jeux.

Afin de pouvoir se détoxifier et réduire son temps passé sur les écrans, il peut être judicieux de retrouver certains objets un peu “vintage” et de retrouver certains petits plaisirs :

  • une montre est un joli bijou au poignet, en plus de donner l’heure
  • un joli petit carnet est tout aussi efficace pour noter vos idées les plus folles, ou tout simplement pour noter votre liste de course
  • le téléphone fixe est toujours d’actualité (car maintenant inclus d’office dans nos forfaits internet) et il donne ce petit plaisir de découvrir qui répondra au téléphone en premier à la maison
  • un réveil matin vous donne l’heure juste en le regardant, mais peut aussi vous réveiller en douceur avec une jolie musique ou avec une lumière (et non, ce n’est pas has-been)
  • une jolie carte envoyée par voie postale aura beaucoup plus de saveur pour l’anniversaire de votre meilleure amie qu’un simple SMS

Bien entendu, l’idée n’est pas de devenir régressiste. Profitons des innovations qui sont à notre disposition pour se faciliter la vie et avoir une bonne qualité de vie, mais n’oublions pas que parfois, les meilleures choses dans la vie sont les plus simples !

Le plaisir d'écrire sur du papier
Photo de Jan Kahánek sur Unsplash

Se mettre des limites

Chacun est différents, avec un rythme de vie et des besoins variables, mais l’idée est la même pour tous : se mettre des limites que l’on peut respecter et qui nous feront du bien !

Personnellement, je ne regarde plus mon téléphone avant d’aller me coucher et j’attends au moins 30min après être levée le matin avant de regarder si j’ai des notifications.

J’essaye aussi de retrouver le plaisir du papier, que ce soit pour écrire des notes, des idées, ou même dans mes réflexions de travail. Si je peux passer 20min devant mon carnet pour réfléchir à un projet au boulot, plutôt que devant mon écran, ce sera toujours ça de pris !

Le contact humain est aussi super important pour moi, et je m’en rend vraiment compte quand ça me manque : au boulot, j’essaye au maximum d’aller voir mes collègues à leur bureau plutôt que de leur envoyer un message, et dans la vie perso, je préfère passer un après-midi ou une soirée avec un ami plutôt que d’échanger une vingtaine de SMS sur une semaine.

Si je n’ai rien à faire de particulier sur mon téléphone, j’essaye au maximum de réduire mon temps passé sur cet appareil. Il existe d’ailleurs sur iPhone (et sûrement sur Android aussi) une application intégrée qui permet d’analyser le temps passé sur son téléphone, par type d’application, avec la possibilité de mettre des limites. Cela peut-être une bonne solution pour commencer et se rendre compte de sa dépendance ou non à certaines applications.

Personnellement, je pense pouvoir encore gagner 30 minutes par jour de temps d’écran, du temps que je pourrais allouer à d’autres activités !

Cet article est déjà très long, donc je vais m’arrêter là, mais j’espère avoir pu déclencher une petite réflexion ou prise de conscience pour quelques uns d’entre vous sur cette addiction aux écrans, véritable fléau de notre génération. J’ai partagé quelques unes de mes pistes, mais la liste est loin d’être exhaustive. L’idée de fond est juste de pouvoir se libérer du temps pour pouvoir profiter au mieux du moment présent !

Amitiés d'enfance et plaisir simples
Photo de Charlein Gracia sur Unsplash


10 déodorants bios et naturels passés à la loupe
MÁDARA, des cosmétiques bio venus du nord